Avertir le modérateur

20/01/2009

Solidarité masculine, je me bidonne !

Lorsque nous sommes enceintes, ce qui nous rend les + fières dans les 1ers mois c’est quand même bien notre bidon que l’on abhorre fièrement.

Mais le must pour beaucoup d’entre nous c’est la sensation exceptionnelle que l’on a lorsqu’on le sent bouger en nous à nous shooter dedans et faire des saltos arrière.

Mais tout ça c’est sans compter sur le soutien sans faille de notre cher et tendre mari chéri qui nous chouchoute comme de vraies princesses (pas pour toutes je l’avoue).

 

Quand je dis soutien sans faille, je ne m’attendais pas à ce qui m’est arrivé les premiers mois de MA grossesse.

 

Alors qu’au levé, le petit matin, je me dirigeais illico aux wc, lui me tenait les cheveux et je vomissais. Puis son tour venait, je lui épongeais le front et le soutenais. Je pensais au début que c’était le dégoût qui le faisait vomir (ça me fait ça à moi, quand je vois du vomi ou vomir quelqu’un en film, en photo ou en live, j’ai la gerbe dans la seconde,).

Du coup nous nous sommes retrouvés tous les 2 malades à avoir des nausées matinales et des maux de tête affreux durant 2 mois entiers.

 

Autre surprise aussi, il avait pris 5 kg le malheureux et se retrouvait soudain affublé d'un ventre proéminent, sans aucune relation avec une consommation excessive de bière, les soirs de match devant la télé… « grossesse accompagnée ».(non juste une fringale de Pepito, de Granola et autres bonbons Haribo)

 

C’est qu’il nous fait une belle couvade le mari chéri ! Si ce n’est pas de la solidarité ça !

couvade.jpg

 

J’avoue tout de même que ça me faisait un peu chier parce qu’il me piquait un peu la vedette.

Faudrait pas me la faire à l’envers, c’est quand même moi qui porte le bébé et c’est lui que belle-maman (soit MA MERE), mamies et autres taties chouchoutaient.

Hey chériiiiiiii ! Contente-toi de parler au ventre, de créer du lien avec baby en lui parlant ou en touchant mon bidon. Si ça ne s’arrange, pas ok on ira faire quelques séances d’haptonomie mais ne me pique pas ma place, mon rôle, mon podium, ma chaire.

 

Fatiguée ou pas, il va falloir aller au boulot, ma patronne va pas le faire et encore moins la consultante junior qui n’attend qu’une chose : ma place ! (tu peux courir ma vieille).

Après notre petit rituel du matin aux wc, direction la gare. Je fis un petit crochet au Relay pour acheter mon Elle hebdomadaire puis pris mon train de 7h34 (toujours bondé bien évidemment avec des passagers qui ne me voyaient toujours).

Assise sur les marches du train, je feuillettais le magazine et tombe sur un article qui parlait de grossesse nerveuse chez l’homme.

On y apprenait alors  que la couvade serait l’expression d’une forme de crainte ou de jalousie chez l’homme envers la femme enceinte.

C’est le fait de porter le bébé qu’ils nous jalouseraient alors ! Et nos kilos en trop, nos vergetures, nos nausées matinales, nos fuites urinaires, nos remontées gastriques vous en voulez ?

 

Ou encore qu’au pays Basque, le papa s’était tellement approprié la grossesse qu’après l’accouchement (par la mère bien évidemment), c’est lui qui allait se reposer avec le bébé et recevait les félicitations et les cadeaux à la place de l’épouse. Tandis qu’elle reprenait le chemin du travail.

Non mais oh, il va falloir arrêter les mecs là !

Que vous nous souteniez ok, que vous vous impliquiez c’est un peu normal, que vous preniez quelques kilos, on pourra mettre ça sur le compte du stress, être père, les responsabilités et tout. OK !

Que vous vous reposiez après et que vous nous piquiez nos cadeaux, je crie à l’arnaque.

Mais que vous nous poussiez juste après à reprendre le boulot je dis non !

Je ne suis pas Rachida Dati (merci madame la ministre vous nous avez bien rendu service là).

16/01/2009

Rachida Dati n’a pas le baby blues !

Le nombre de site, blogs, forums, journaux, magazines qui parle de cette fameuse grossesse/accouchement, je n’ai jamais vu ça !

On en parle tellement qu’on en oublie l’essentiel (c’est quoi d’ailleurs ? le bébé ? le père ? son job ?)

 

En tout cas chapeau à vous madame Dati, passer 9 mois en talon haut de 12 cm (oui avec des Jimmy Choo, Marc Jacobs ou Chanel elle assure), être toujours aussi élégante avec un gros bide (et oui, être ministre ça a du bon, on ne court pas les soldes H&M ou Zara).

Toujours à afficher un sourire ultra brite, aucune cernes, pas de traits tirés, pas de masque de grossesse, un teint toujours parfait, une mine épanouie. Du début à la fin, même à sa sortie de maternité elle resplendissait notre ministre de la justice !

En vous voyant à la télé on a l’impression que vous n’avez pas pris un gramme aussi bien pendant votre grossesse qu’après l’accouchement.

 

Déjà en vous voyant je me disais « mais comment fait elle ? » (Photoshop serait il votre complice ?)

Mais ce qui  me scotche c’est votre courage, une césarienne et au boulot sous 5 jours vraiment vous êtes la wonder woman de l’Elysée et haut la main.

Le petit Nicolas globe trotter qui gesticule à droite à gauche à côté de vous n’est même pas un superman version miniature.

Sortie de maternité d’une véritable star, super glamour. On vous voyait resplendissante, le teint et brushing impeccables, maquillé, apprêtée qui rendrait jalouse n’importe quelle nouvelle maman sortant de maternité le teint blême, en jogging Adidas et Converse pouraves. (Aucun paparazzi ne nous attend à la sortie nous !)

 

Moi pour ma césarienne, j’étais encore pliée en 2 au bout de 3 jours suppliant les sages femmes, pédiatre, anesthésiste, chirurgien, aide soignante, même les dames de service, de bien vouloir me redonner de la morphine. Du coup je suis restée 7 jours à l’hôpital et j’ai même prolongé mon congé maternité tellement j’avais aucune volonté de retourner travailler après avoir souffert pour accoucher d’une petite puce. Je n’avais qu’une envie, rester avec elle en la gavant de lait maternel et l’étouffant de câlins.

 

Cependant, une question me taraude : « étiez-vous réellement enceinte ? » Tout avait l’air si parfait.

Il n’y a vraiment aucune justice !

Nous sommes en démocratie et la liberté individuelle compte plus que tout pour moi donc je sais que certaines féministes, défenderesse des droits de la femme et autres droits de la femme enceinte vont me siffler, me bannir de ce pays mais soyez HEUREUSE M’dame Dati !

Est ce que je me mêle de la vie des autres moi ?

18436493.jpeg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Même ligne svelte, même force de caractère,

même volonté, tout pareil quoi !

15/01/2009

Au secours, j’ai rien à me mettre !

 

fringue.jpgJe ne rentre plus dans rien, baby commence à prendre de la place et mon petit 38 commence à se transformer en un beau 40 (ça doit être le double effet cupcakes). Il va falloir investir dans des fringues de grossesse mais je les ai toujours trouvées tellement moches.

On a le choix entre l’éternelle salopette en jean, le survêtement difforme ou les fringues de votre homme, jean ou t-shirt pas très glamour mais confortables.

 

 

 

 

Je ne vous ai pas menti, ma garde

robe est trop has been !

 

Alors aller chez les clients en jean large et chemise à carreaux ou encore les cotonnades baba cool ça le fait pas trop. (Quoi que le carreau style bucheron revient en force).

 

J’ai bien ma copine Farah qui m’a proposé ses fringues d’ex femme enceinte mais ça fait déjà 8 ans qu’elle a accouché et vous imaginez bien la garde de robe (la photo en haut c’est de la haute couture comparé à ses lambeaux). 

A croire que les désagréments de la grossesse ne suffisaient pas à notre bonheur (ben oui, on porte la vie quand même !!!), il faut se taper ce look de vagabonde pendant plusieurs mois. La loose !

 

Ne nous laissons pas saper le moral, je feuillette les catalogues de La Redoute et les 3 Suisses.

Les 2 pauvres pages de fringues maternité qui se battent en duel dans cette encyclopédie de 800 pages  sont très tristounettes, moches quoi !

Je surfe sur le net pour voir un peu ce qu’il s’y propose. Un peu comme la Redoute sauf qu’il y a le haut de gamme mais vraiment trop cher.

 

Allons profiter des soldes !

A la sortie du boulot j’irais faire un tour aux Galeries Lafayette.

J’y suis aussitôt ressortie car même en solde les fringues sont hors de prix. Une tunique Zadig & Voltaire en solde pour 99€ ou un pantalon Comptoir des Cotonniers en solde toujours à 79€.

Je sors du centre, asphyxiée par cette foule qui a eu la même idée de génie que de faire les soldes après le boulot.

Une fois sortie, direction H&M. Allons à l’essentiel, il y a tellement de peuple ! je n’ai rien trouvé du tout, un peu dépitée, je me dirige vers la gare St-Lazare pour prendre mon train et bien sûr à catte heure-ci il n’y a plus de direct mais que des omnibus. (rentrée à la maison prévue pour 20h)

Bilan : une fois rentrée à la maison après 2h à se faire écraser et bousculer, mon butin soldesque est de nada, walou, rien, nothing. Je n’ai rien trouvé snif !

 

Au final, je suis retournée le lendemain matin de bonne heure aux Galeries pour prendre la tunique Zadig & Voltaire et le pantalon CTC que j’avais vu, une taille au dessus  car ça sera les seules fringues de grossesse que j’achèterais. Pour le reste, j’aviserais. J’ai claqué près de 180€ en moins d’ ¼ d’heure et ce n'est que le début de mon dressing de grossesse.

Qui dit mieux ?

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu